Les revues scientifiques et les mémoires malgaches en ligne

Oui ça existe!

Il y a quelques années, en lisant les actualités nationales sur le Net, je suis tombée par hasard sur un article (pas très long, ce qui est dommage vu l’importance du sujet) qui parlait de la mise à disposition en ligne des travaux scientifiques  des Universités malgaches. Je dois dire que c’est intéressant comme initiative, ne serait ce que parce que cela permet une consultation à distance de ces ouvrages universitaires malgaches. Et oui, je pense qu’on a déjà tous expérimenté l’indisponibilité des ouvrages parce que la bibliothèque n’était pas ouverte, que la photocopie était impossible parce que l’ouvrage ne peut pas sortir et qu’à l’intérieur de la bibliothèque il n’y avait pas de photocopieuse.

Il faut rendre à César ce qui est à César!

Ces données, mémoires, sont disponibles, accessibles et gratuites. Il faut seulement se souvenir qu’elles appartiennent à leurs auteurs, et comme on doit rendre à César ce qui est à César, il faut éviter le mal absolu dans la recherche : le plagiat…ou le copier-coller. Donc, s’il y a des passages ou des idées intéressants dans ces mémoires, on peut les explorer, les utiliser et les citer, mais il faut que cela soit fait dans les règles de l’art.

Il faut à chaque fois citer les références, ne pas s’approprier les idées des autres personnes (ne pas voler en résumé). Si on prend une phrase, une expression qu’untel a “créé” ou écrit dans son ouvrage, il faut préciser les références (nom, titre, date..Etc..). Dans un article ultérieur, il y aura l’occasion de revenir sur comment référencer les articles, les ouvrages, les contributions dans les ouvrages collectifs. Il n’est pas nécessaire de demander particulièrement l’autorisation de la personne, il suffit juste de lui rendre ce qui lui appartient.

Bonne pioche et bonnes recherches!

Le premier site est le site des Thèses malgaches en ligne : la plupart des travaux sont des mémoires de maîtrise ou de DEA, DESS. Ce site rassemble tous les travaux universitaires déposés « électroniquement » donc, dans les bibliothèques universitaires de chaque Université publique de Madagascar, et ce depuis 1992.

La petite anecdote : j’ai découvert qu’un rapport de stage que j’avais rédigé il y a fort fort longtemps a été cité comme référence dans un mémoire de DESS, je me demande si la personne a vraiment lu le rapport en question parce qu’elle aurait constaté que mon nom commence par un RA et non par un A… :p

Le second site est le site Madarevues  qui ambitionne de mettre en ligne les fruits des travaux des chercheurs malgaches

Publicités

Pas de plan…ce sera à l’inspiration!

Bien entendu, on ne peut pas faire une thèse sans un plan bien déterminé, mais pour ce qui se passe ici, je n’ai pas de plan particulier. Après plusieurs essais infructueux, je suis arrivée à la conclusion, qu’il valait mieux, et cela pour ne pas perdre les idées et pour maintenir le caractère “spontané” du blog que je n’adopte pas de plan précis (et ça me changera un peu aussi :D ).

Donc, les articles seront mis en ligne au fur et à mesure, et les catégories seront en place petit à petit aussi. Et des sujets pourront aussi être invoqués selon les commentaires et réactions des éventuels lecteurs, afin que ce soit plus ou moins interactif.

Bonne lecture!

Oui, elle avance…et même plus!

Depuis quelques temps, j’ai enfin le plaisir de répondre à la fameuse question : « alors, la thèse, ça avance? »…et oui j’ai finiiiiiii! 🙂 . J’ai fini il y a quelques mois, et croyez-le ou pas, il m’a fallu du temps pour admettre que c’était vraiment fini! C’est peut-être le blues post-soutenance dont on parle souvent, je n’avais jamais cru cela possible et me suis dis que c’est juste une légende. Mais si, en réalité, du jour au lendemain, on a l’impression de perdre ses repères, de ne pas savoir que faire de tout ce temps libre. On se pose la question de savoir que faire de sa vie… Cela peut paraître paradoxal mais dans la thèse, on ne souhaite qu’une chose : voir venir la fin, et quand on en vient à bout, on se sent un peu perdu!

 

thesisBues-550x458

Et donc, je me suis posée la question si je devais continuer ce blog ou pas?! Dans un premier temps, j’ai un peu hésité, puis, finalement, je me suis dis, qu’il fallait au moins que je finisse de migrer mes articles de l’ancien blog par ici et on verra par la suite! 🙂 Ce serait bien aussi s’il y avait de l’interaction et si vous posiez des questions!

Allez, à plus!

A la recherche d’une bibliothèque ouverte

20140716-205518.jpg

A l’heure où la plupart des établissements scolaires ont fermé leurs portes et où les uns et les autres partent en vacances, le thésard entreprend une quête…celle de la bibliothèque qui reste ouverte pendant l’été. Voici quelques pistes d’endroits pour continuer le combat alors que certains se reposent à la plage, font des randonnées en montagne, ou juste, profitent de ces temps de pause annuels.

les bibliothèques municipales dans les arrondissements de Paris ou de votre commune : elles ne ferment pas forcément, n’hésitez pas à consulter les horaires d’ouverture d’été. Et bien que vous n’habitiez pas à Paris, vous pouvez accéder aux espaces de lecture ou de travail. Elles sont ouvertes au public sans restriction habituellement.

la bibliothèque publique d’information du Centre George Pompidou (à Châtelet) : c’est l’une des rares à ouvrir tous les jours (sauf le mardi) toute l’année, oui, même le 31 décembre ou le 1er janvier. Elle ferme habituellement à 22h. Là aussi, il n’est pas besoin de s’inscrire pour pouvoir y accéder et y travailler.

la bibliothèque Sainte Geneviève (dans le 5ème arrondissement de Paris, à côté du Panthéon) : elle a des horaires réduits pendant l’été mais reste ouverte. Il faut s’inscrire par contre, les pièces nécessaires sont la pièce d’identité, la carte d’étudiant, et un formulaire à remplir. Une fois la carte rose du doctorant obtenue, vous avez le droit à un accès rapide aux salles de lecture (oui, il faut souvent faire la queue pour les autres étudiants avant de pouvoir y accéder), vous pouvez commander jusqu’à 10 ouvrages à la fois et réserver à l’avance et à distance des documents.

la bibliothèque de la Sorbonne (dans le 5ème arrondissement de Paris) : elle reste ouverte tout l’été mais il faut s’inscrire (avec une carte d’étudiant et un justificatif de domicile). Elle est accessible à tous les doctorants de tous les domaines des établissements supérieurs français, et même pour les enseignants et chercheurs des universités étrangères.

la bibliothèque universitaire des langues et civilisations (dans le 13ème arrondissement de Paris): elle est ouverte jusqu’au 14 août et nécessite une pré-inscription en ligne suivie d’une inscription sur place, le petit plus c’est qu’elle est ouverte du lundi au samedi de 10h à 22h.

et enfin la bibliothèque interuniversitaire Cujas (dans le 5ème arrondissement, à côté du Panthéon) : elle est ouverte aux étudiants de Paris 1 et Paris 2 (à partir du L2), aux étudiants des autres établissement (à partir du M1) et à toute personne justifiant de travaux de recherche en droit, économie ou politique. L’inscription est payante pour les étudiants qui ne sont pas de Paris 1 ou Paris 2. Pendant l’été, cette bibliothèque a des horaires réduits et ne s’ouvre que de 13h à 19 h du lundi au vendredi.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon été studieux! 🙂

 

20140716-205417.jpg

 

(si vous avez d’autres pistes de bibliothèques ouvertes, ou d’endroits calmes et studieux, n’hésitez pas à nous partager vos bons plans)

Hay Zara – La banque des connaissances sur Madagascar

Hay Zara (savoir partager) est un site qui se définit comme un « portail de gestion des connaissances » : il met à disposition une masse importante d’informations et de ressources sur Madagascar. Ces informations sont réparties en 12 thèmes: santé, éducation, pauvreté & développement économique, gouvernance, communication & technologie, sécurité alimentaire & sécurité nutritionnelle, urgences & réduction des risques de catastrophe, environnement, eau assainissement & hygiène, action sociale, thèmes transversaux et enfin documents officiels des Nations Unies.

Le site est assez fourni…visitez le…faites le connaître!

Et n’oubliez pas de citer les sources, si vous trouvez des documents qui vous intéressent (le plagiat c’est le mal absolu :p)

 

Les conseils du Professeur Le Tourneau

Vous l’aurez compris…rien qu’au titre…ce sont les bons conseils d’un professeur émérite de droit, et c’est précieux. En effet, faire une thèse, c’est une aventure qui vous attire et qui vous perd en même temps, vous avez des envies, vous vous faites des idées…et à un certain moment, vous vous sentez perdus…alors les conseils d’un « Ancien » (même si au début vous paraissent un peu « barbants » et ne vous parlent pas…) sont inestimables.

Même si les conseils sont donnés principalement pour le mémoire et la thèse en droit, je pense qu’il y en a qui sont largement valables dans les autres domaines des sciences humaines.

Suivez le guide en cliquant ici!